DOCUMENTS DIVERS (1/5)

 

POUILLÉS DE LA PROVINCE DE ROUEN

Référence : Pouillés de la Province de Rouen, publiés par Auguste Longnon ; Paris ; 1903
Provenance : Bibliothèque Lettres et Sciences Humaines, Université de Montréal

Diocèse de Lisieux, pouillé rédigé vers 1350

Decanatus de Cormelliis :
Ecclesia S. Nicolai de Espineto (Saint-Nicolas-de-l'Épinay), patroni beneficiorum :
Matheus Campion


Diocèse de Coutances, pouillé de 1332 (= Livre blanc)

Decanatus de Perceyo :
Fervaches :
Matheus le Campion est patronus ecclesie de Farvaches ; taxata est ad quindecim libras. Rector percipit terciam partem decime, et patronus terciam partem ; dominus capitalis de Tresgoz et Johannes Manardi [percipiunt] aliam terciam partem. Rector habet manerium in elemosina que continet unam acram vel eo circa ; et solvit quatuor solidos pro capa episcopi et viginti denarios pro crismate.

Percy :
Guillermus le Campion, heres domini Johannis de Gardinis, est patronus alterius portionis (Rq : il y a 2 autres portions). Taxata est ad decem et octo libras. Rector solvit pro capa episcopi tres solidos, pro crismate quinque denarios et pro circata novem denarios cum obolo. In dicta parrochia est quedam capella, cujus dominus de Mesnillo Seran est patronus. Rector ejusdem capella percipit medietatem decimarum de Mesnillo Seran et alias fructus qui non sunt in dicta parrochia.


POUILLÉ DE COUTANCES (1280)

Référence : Recueil des Historiens de la Gaule et de la France, t. XXIII, p.505
Provenance : Bibliothèque Lettres et Sciences Humaines, Université de Montréal

Decanatus de Perceyo :

Ecclesia de Favarchiis. Patronus, Mathaeus Campion, et dominus Guillelmus de Argentiis dicit se esse patronum. Dominus de Tresgoz tertiam partem duarum partium decimae percipit in eadem ; Mathaeus le Campion et heredes Radulfi Maynart, aliam tertiam duarum partium ; rector dicti loci tertiam partem totius decimae, et heredes domini de Mesnillo Radulfi, aliam tetiam partem. Valet ad decimam xv libras.


REGISTRES DU TRÉSOR DES CHARTES

Référence : Registres du Trésor des Chartes, Règne de Philippe le Valois ; Paris 1978-1984
Provenance : Bibliothèque Lettres et Sciences Humaines, Université de Montréal

1332, novembre. Breteuil en Normandie

Jean, duc de Normandie, en récompense des services que Macy Campion, son avocat, lui rendit ainsi qu'à son père, accorde audit Macy et à ses héritiers, pour son manoir de Boisherout, dans la forêt de Montfort-sur-Risle, les mêmes usages pour brûler et construire qu'ont les habitants de Mortemer et Guillaume le Breton, seigneur de Catelon (Fol. 413 vo, n°990).


CHARTRIER DE BEUVRIGNY

Référence : Notes généalogiques du Comte Alain de Sédouy, conservées dans le chartrier du château de Beuvrigny, 1 Mi 66 R1
Provenance : Archives Départementales de Saint-Lô

François des Moutiers, seigneur de Condé sur Vire, capitaine d'une compagnie de gens à cheval, épousa devant les notaires de Coutances, le 29-06-1565 Jeanne Campion, fille de Guillaume, sieur de la Corbulière.

Gilles du Quesne écuyer, sgr de Mesnil Normand fut maintenu dans son ancienne noblesse par Mr de Roissy le 27 novembre 1598. Il avait épousé le 20 janvier 1592 noble demoiselle Françoise Pichard fille de noble homme Jehan Pichard sieur de la Briandière à Soulles. Jean écuyer, sgr de Mesnil Normand épouse le 3 janvier 1614 Jehanne de Campion fille d'André de Campion écuyer sr de la Loyère et de Marguerite Simon.

Noble homme Jacques Miette écuyer sgr de Laubrie et la rocque, allié le 20 janvier 1587 à demoiselle Marie Guerould. Le 7 novembre le même noble Jacques Miette sieur de Laubrie était tuteur de sa nièce fille de feu Guillaume Campion écuyer, sgr d'Aubigny et de Louise Miette.


GALLIA REGIA

Référence : Gallia Regia ou Etat des Officiers Royaux des Bailliages et des Sénéchaussées de 1328 à 1515 ; Gustave Dupont-Ferrier ; Paris 1942
Provenance : Université Mc Gill, Montréal

Bailliage de Caen, t.I
Capitaines et Châtelains Royaux
4730.
Bertrandus CAMPION, scutifer, ordinatus capitaneus castri Bajocensis, loco domini Petri de Beauvau, per resignationem dicti Petri et litteras regis, datas 25 oct 1416 ; Bibl. nat., Clair. 782 p.126 ; fr. 21405 p.77 ; fr. 23271 p.422 ; Arch. nat. PP 110 p.190 ; d'après le Mémor. H fo77 vo


Bailliage de Caux, t.II
Vicomtes d'Arques
6054.
Guillaume CAMPION, vicomte d'Arques de 1420 à 1425 ou 1426 ; le 10-08-1420 installation et serment de Guillaume Campion vicomte d'Arques (lettre du bailli de Caux) fr. 26043 n°5386. En 1422, le 18 août, quittance au même, P. orig. 2195 doss. de Pardieu, 49677 n2. En 1425, 25 octobre, information faite par le lieutenant de Guillaume Campion vicomte d'Arques fr. 26048 n°489. En 1426 ..., quittance à ... Campion nagueires viconte d'Arques et [devenu] viconte de Conches et Breteuil [baill. Evreux] fr. 26049 n°701


Bailliage de Cotentin, t.II
Substituts de l'avocat à Coutances, en cour d'église
7309. Maistre
Pierre CAMPION, advocat du roy en la Court de l'Eglise, à Coustances, donne le 23-11-1428, quittance de 100 sous t. montant de ses gages dudit office, au terme de St Michel 1428, depuis Pâques [4 avril] précédant, à lui payés par le viconte de Coustances fr. 26051 n°986


Bailliage d'Evreux, t.III
Vicomtes de Conches
12652 bis.
Guillaume CAMPION, vicomte de Conches et Breteuil en 1426, naguères vicomte d'Arques


Normandie Royale, t.IV
Receveurs généraux des finances
16311
Raoul CAMPION, receveur général des aides en la Basse Normandie nommé par le roi le 24 mai 1371, receveur les 10 janvier 1371-1372, 13 juillet et 19 octobre 1374, 14 février et 7 mars 1374-1375, Delisle, Mandem. Charles V, 849, 1103, 1969 ; Moranvillé, J. Le Mercier p.285, 306 P.J. ; P. orig. vol.671, doss. 15722 n°27 et 385 ; Dupont-Ferrier Institut. financ. 284, 23


Bailliage de Rouen, t. V
Contrôleur fiscal à Rouen
19479 Quittance à
Gaultier CAMPION, "contrerolleur des revenus et aquis de la viconté de Rouen", le 17 mars 1402-1402, fr. 26032, n°3440

 


ARRÊT DU PARLEMENT DE PARIS DE 1398

Référence : Armorial Général ou Registres de la Noblesse de France (Registre Second 1ère partie) ; d'Hozier ; Paris 1741, p.275 à Bricqueville
Provenance : Bibliothèque de la ville de Montréal

(idem dans dossier 13J133, AD Saint Lô)

Arrêt du Parlement de Paris sur l'hommage que Guillaume de Melun, IV du nom, comte de Tancarville, vicomte de Melun, réclamait de Jeanne Campion, épouse en premières noces de Henri de Colombières et en secondes de Roger de Bricqueville, comme héritier de son frère aîné. Jean de Melun III, et comme baron de Varenguebec, connétable héréditaire de Normandie, du chef de leur mère commune, Jeanne Crespin. 20 juillet 1398

Selon Guillaume de Melun, "la baronnie de Varenguebec à laquelle étoit attachée la Connétablie de Normandie, avoit été anciennement au pouvoir de Jourdain du Hommet, Seigneur du Hommet et de Beaumont le Richard, son cinquième ou sixième ayeul maternel, qui avoit en même temps possédé les Baronies de la Haie du Puis et de la Luthumière ;

que de trois filles qu'il avoit eues, celle qui avoit été son héritière avoit épousé Robert de Mortemer, Seigneur du Bec de Mortemer dans le Pays de Caux, qui par là étoit devenu Connétable de Normandie aussi bien que Baron de Varenguebec et de la Haie du Puis ; que de ce mariage il étoit sorti deux fils savoir,

1. Guillaume de Mortemer, qui en qualité d'aîné, avoit eu la Baronie de Varenguebec avec la Connétablie de Normandie et les terres de la Luthumière, du Bec de Mortemer, ... et

2. Robert de Mortemer, à qui la Terre de la Haie du Puits avoit été donnée par son aîné pour la tenir en Parage jusqu'au sixième degré de consanguinité inlcusivement ;

que Guillaume de Mortemer n'avoit eu qu'une fille nommée Jeanne, mariée avec Guillaume Crespin Seigneur de Dangu, qui avoit été reconnu comme son beau-père pour Baron de Varenguebec et Connétable de Normandie ; qu'il avoit eu divers Successeurs de son sang les uns après les autres, et notamment en dernier lieu Guillaume Crespin, Chevalier, Seigneur de la Baronie de Varenguebec, père de Jeanne Crespin (dont le demandeur étoit fils) ;

que Robert de Mortemer, frère puîné de Guillaume, s'étoit marié aussi bien que son aîné, et avoit eu comme son père deux fils aussi nommés Guillaume et Robert de Mortemer ; que de ces deux fils, le premier avoit exercé le Parage en recueillant comme aîné la Baronie de la Haie du Puis, et l'avoit transmise au même Titre à son fils Guillaume de Mortemer ; que celui-ci étant mort sans postérité, avoit eu pour Successeur au quatrième degré de Parage son oncle, Robert de Mortemer, qui avoit été père de Jean de Mortemer I du Nom fils unique, et comme tel, aussi Seigneur de la Haie du Puis ;

que ce Jean de Mortemer I du Nom, ayant laissé deux fils, savoir, Guillaume et Jean de Mortemer II du Nom, la Baronie de la Haie du Puis avoit passé à l'aîné au sixième degré de Parage, mais que par là même, le Parage étoit fini et converti en hommage, d'autant plus qu'il étoit mort sans enfans ; que d'ailleurs Jean de Mortemer II du Nom, ayant été fait prisonnier à la Bataille de Poitiers (ou de Maupertuis) en 1356 et conduit en Angleterre, n'avoit trouvé d'autre moyen de payer sa Rançon qu'en vendant la Baronie à Mathieu Campion, Chevalier ; que celui-ci, aux droits duquel Roger de Briqueville et sa femme succédoient, n'étoit point du Lignage, mais étranger ; qu'ainsi il devoit l'hommage, et qu'il s'y étoit même assujetti par son propre fait en payant le Relief au Roi de Navarre, tandis que ce Prince étoit maitre des Terres de Varenguebec et autres dont il s'étoit emparé par violence durant la Guerre".

Roger de Briqueville répondoit "que l'on n'ignoroit la Généalogie des Seigneurs du Hommet, ni celle des Seigneurs du nom de Mortemer leurs successeurs ; que leur filiation et descendance étoit prouvée depuis un Seigneur appelé Richard Turstin, qui avoit épousé une fille ou une sœur d'un Duc de Normandie, et qui avoit possédé la quatrième partie de la Basse Normandie, et entr'autres Terres la Baronie de la Haie du Puis ; qu'il n'étoit sorti de son mariage qu'un fils avec qui il fonda l'Abbaye de Lessay en 1056, mais que ce fils en avait laissé trois, dont le dernier nommé Richard de la Haie avoit eu en partage la Terre de la Haie du Puis et avoit institué Connétable de Normandie par le Roi d'Angleterre en épousant Mathilde de Vernon, Dame de Varenguebec ; que de trois filles qui avoient été les fruits de cette alliance, la troisième avoit reçu en mariage les Terres de la Haie du Puis, de Varenguebec... et les avoit portées à son mari Richard du Hommet, Seigneur du Hommet et de Beaumont le Richard, bisayeul de Jourdain du Hommet ;

mais qu'on voyait aussi par la même Généalogie que Mathieu Campion qui étoit frère de sa femme, n'étoit point étranger au sang de Mortemer ; qu'ils étoient l'un et l'autre enfans d'une sœur de Jean de Mortemer II du Nom, conséquemment au cinquième degré seulement depuis Robert de Mortemer à qui la Terre avoit été donnée en partage ; que quand même on auroit prouvé que les degrés de Parage dussent se compter par les personnes qui succèdent, et que sur ce principe le Parage auroit été déclaré fini à la mort de Guillaume de Mortemer l'aîné de leurs oncles, l'hommage eut été dû, non au Comte de Tancarville, mais au Roi, en vertu de la Coutûme et de l'Echiquier, selon lesquels toutes les baronies divisées ou entières doivent dépendre de la Couronne à cause su Duché de Normandie ; que la Terre de la Haie du Puis étoit reconnue pour une Baronie ; et enfin que quand après la mort de Mathieu Campion, sa sœur alors femme de Jean ou Henri de Colombières, s'en étoit mise en possession, elle avoit été déclarée devoir la tenir immédiatement en hommage du Roi". Les mêmes droits furent reconnus au Parlement. Roger de Briqueville fut de nouveau déclaré Vassal du Roi, et son Adversaire condamné aux dépens.

Roger de Briqueville donna son aveu le 10 juin 1399 conformément au Prononcé de l'Arrêt ; et étant décédé l'an 1404 fut inhumé en l'Abbaye de St Nicolas de Blanche Lande. Quant à Jeanne Campion sa femme, elle ne mourut qu'en 1414. Ils avoient eu de leur mariage cinq fils, savoir 1. Guillaume de Briqueville [...], 2. Roger de Briqueville [...], 3. Eustache de Briqueville [...], 4. Henri de Briqueville [...] et 5. Jean de Briqueville [...].


ESSAI SUR LA VIE ET LES ŒUVRES DE GEORGES DE BRÉBEUF

Référence : Essai sur la vie et les œuvres de Georges de Brébeuf (1617?-1661) ; René Harmand ; Paris 1897, réimpression de 1970, Genève, Slatkine reprints.
Provenance : Bibliothèque des Lettres et Sciences Humaines, Université de Montréal

[D'après les archives communales de Sainte Suzanne sur Vire, informations communiquées à l'auteur par M. Lepingard] : Actes de baptêmes : 7 juillet 1609. Madeleine de Brébeuf, fille de Georges de Brébeuf et de Geneviève d'Emery. Marraine : Madeleine d'Emery, femme de Jean Campion, seigneur d'Aubigny.

[D'après layette des Archives Nationales, M. 356] Jean de Brébeuf [fils de Robert et de Marguerite la Carpentier], écuyer, seigneur de la Valette, baptisé à Sainte Suzanne, le 2 avril 1618. Parrain : Jean Campion, écuyer, sieur d'Aubigny (note 1 : C'est lui, sans doute, qui mettait son carrosse à la disposition du poète Georges. Corr. t. I, l. 102).


NOTES DE JEAN DURAND DE SAINT FRONT SUR LES PERCY

Référence : Notes de Jean Durand de Saint Front sur les Percy ; Archives Abbaye de Mondaye, série M2 liasse 54
Provenance : Photocopie fournie par Bernard LECONTE

Louise de Percy (fille de Raoul de Percy + 4 mai 1510, et de Catherine Spencer +1504) ép. le 1.1.1498 Michel Champion, écuyer, paroissien de St Germain de Tallevende. Dot : 300 livres en capital + 15 livres 3 sols de rente.


AVEUX DE LA FAMILLE BERNARD

Référence : Inventaire Sommaire des Archives Départementales de la Manche ; t. II ; Paul Lecacheux ; 1925
Provenance : Archives Départementales de Saint-Lô

E. 286 Famille Bernard

Aveu rendu à "noble homme Jean de Campion seigneur d'Aubigny, la Corbellière et du fief, terre et seigneurie du Focq" pour une masure contenant quinze acres de terre environ, nommée la masure Pépin (1621).

Aveux rendus à "demoiselle Léonore Campion, veuve de feu maître Nicolas Le Fauconnier, vivant escuier, sieur du Mesnil Patrix, conseiller du roy au bailliage et siège présidial de Caen, dame du fief ... du Focq" pour une masure nommée la Hervillière (1678).

 


dernière modification : 27 novembre 2005


retour à la famille Campion