DOCUMENTS DIVERS PUBLIÉS (3/3)

 

REPERTOIRE DU FONDS REQUIER-DESJARDINS

Référence : 127J31
Provenance : Archives Départementales de la Manche

Fieffe d'une maison et de parcelles de terre situées au village de la Sauvagine à Condé-sur-Vire à Pierre Margueray, fils Lô bourgeois de Saint-Lô par Michel de Lécluse bourgeois de cette ville et par Suzanne Druault, fille de Guillaume Druault agissant en cette qualité et au droit de Charles de Caumont, écuyer, époux de Suzanne Chemin, héritière dudit Guillaume Druault son aïeul (1669)
 


LE QUARTIER DE L'ENCLOS

Référence : Revue de la Manche, t. 43, fasc. 168, octobre 2000, p.43

Dans la rue Notre-Dame, se trouvait l'hôtel de Jean de Caumont, maître des monnaies ; devant sa maison, se vendait, au XVe siècle, le "seminel", sorte de fouace ou galette de froment cuite au four.


GENEALOGIE D'ARCISSE DE CAUMONT

Référence : Annuaire des Cinq Départements de la Normandie ; Congrès de Tessé-la-Madeleine ; Dr Gosselin ; p.147-150 ; 102ème année, 1935
Provenance : Archives Départementales de la Manche

Etudiant depuis longtemps tous les travaux qu'Arcisse de Caumont a pu faire, j'ai, aujourd'hui, la conviction qu'il a cherché en vain à retrouver, ou à rétablir, la généalogie de sa famille. Or, un tableau généalogique existait ; mais par suite de partages entre enfants, ce tableau était passé en 1707 dans la branche Leconte, par la suite du mariage d'un Jacques de Caumont avec une demoiselle Renée Leconte. J'ai eu la bonne fortune de retrouver, cette année, ce tableau généalogique, avec toute une série de documents chez un héritier des Leconte.

Cette généalogie fort curieuse est malheureusement incomplète - du moins en ce qui concerne les dates. Il nous a été impossible jusqu'alors de combler ces lacunes. Ce sera l'objet de mes recherches à venir. Mais je ne saurai résister aujourd'hui au désir de vous donner connaissance de cette lignée familiale dont est descendu le vénéré fondateur de l'Association Normande. Vous excuserez, Messieurs, les lacunes de cette petite étude.

L'ancêtre le plus ancien d'Arcisse de Caumont que nous avons retrouvé, vivait aux alentours de 1400. Il s'appelait Philippe de Caumont, escuyer, il était sieur de Saint-Martin-de-Caumont. Il eut pour fils :

Rignier de Caumont, escuyer, qui épousa demoiselle Gilette Le Grand.

Leur fils Jean, se maria avec une demoiselle Jeanne Dastray, dont le fils Jacques eut pour femme Demoiselle Lucette ou Luce Lechevalier. De ce mariage, naquirent quatre enfants : Richard, Jean qui mourut en 1521, Philippe et Robert qui fut prêtre.

Jean, le second fils, n'eut qu'un enfant : Jean escuyer, sieur de Tremblay, qui mourut sans postérité.

Du mariage de Richard naquit vers 1521 : Gilles de Caumont qui épousa une demoiselle Bastienne de Fibred. Il était écuyer, Licencié en droit, avocat à la Cour Présidial de Caen, sénéchal de l'abbaye Ste-Trinité le 1er septembre 1555.

Leur fils Jacques épousa, en 1516, demoiselle Claude Le Sieur de Paris, fille de Claude Le Sieur, sieur de la Croix, bourgeois de Paris, Conseiller de la ville de Paris.

Deux enfants naquirent de cette union : Jacques dont la descendance s'éteignit avec son petit-fils, Jean, (note 1) fils de Jean, son fils et Pierre, procureur du roy au siège présidentiel de Caen, qui épousa le 25 novembre 1592 Jeanne de Mainville, veuve de Jean Levalois qu'elle avait épousé le 12 décembre 1588. Pierre mourut le 17 mars 1613. Et sa femme le 24 janvier 1627.

De leur mariage naquirent : Pierre et Jacques qui mourut sans postérité.

Pierre épousa Gabrielle Marc, dame de Saint-Contest dont il portait le titre en 1642. Un de leurs enfants (note 2), Jacques, avocat au Parlement épousa une demoiselle Renée Leconte, et porta le titre de Sieur de Tremblay. Il demeurait en la paroisse St-Gilles de Caen et mourut vers 1717.

La généalogie que nous avons retrouvée s'arrête avec Jacques de Caumont et ses frères. Leur descendance devient pour nous incertaine, au moins pour une génération. Nous savons que du mariage de Jacques avec Renée Leconte sont nés Jacques de Caumont qui fut chanoine et deux filles. La filiation ne peut donc s'établir que par les autres enfants : Antoine - Adrien - Charles ou François.

L'un d'eux (note 3) épousa la fille de Léonard Radulphe qui portait le titre de Sieur de Tracy-Bocage en 1763. De ce mariage naquit : Jacques François de Caumont, qui épousa Antoinette Catherine Lefèvre de la Meute, fille de Dame Maheust et de Charles Lefèvre. Antoinette mourut en 1826. Son mari fut conseiller au Baillage de Bayeux, le 15 juillet 1767, et enfermé à la Charité de Bayeux à la Révolution.

Leur fils François (note 4) baptisé à Bayeux le 19 octobre 1767 épousa Marie-Louise Hue de Mathan, de Crépon, qui décéda en 1844. Il fut officier municipal de Crépon, mourut à Caen le 31 mai 1848 et fut inhumé à Crépon.

Les anciennes armoiries des Caumont portaient : d'argent à six merlettes de sable, et six quintefeuilles de gueules et pour support deux léopards. Or François fut anobli par lettre patente le 16 décembre 1815. Ses armoiries portaient : d'azur à une montagne d'argent soutenue de sable.

De son mariage naquirent deux enfants : une fille, Marie Laurentine qui épousa Antoine Alexandre de Bellefond. Et Arcisse de Caumont. Le 18 janvier 1832, celui-ci épousa : Aglaé-Louise Rioult de Villaunay. Il mourut le 16 avril 173. Sa femme décéda le 18 août 1887. Ils ne laissèrent aucun héritier direct.

 

note 1 :
Jean, baptisé à St-Contest le 6 juin 1548, reçut la tonsure cléricale à Saint-Pierre de Caen, le 16 avril 1567 et devint chanoine d'Anisy en l'église collégiale du Sépulcre en juillet 1581.

note 2 :
Les autres furent :
Guillaume, religieux, qui devint chanoine d'Anisy en la Collégiale de Sépulcre, Antoine, Adrien, Charles, François, Marguerite, religieuse à la Charité de Caen.

note 3 :
Nous pensons que c'est
Charles.

note 4 :
Un deuxième enfant s'appelait
Marc, il naquit le 8 janvier 1769 et mourut émigré en Allemagne.


DOCUMENTS NORMANDS DU REGNE DE CHARLES V

Référence : Documents normands du règne de Charles V (1364-1380) ; Michel Nortier ; Paris, 2000
Provenance : Archives Départementales de la Manche

n°347, 1368, 18 mai et jours suivants - Bayeux

Quittances à Jehan Le Bouchier, receveur des aides ordonnées pour l'enforcement de la ville de Bayeux, délivrées par :

h) Ricard Bigot : 5 francs d'or pour 10 journées (à 10 s. par jour) de "quarète" utilisée à apporter les matières à faire les barrières de la porte St Martin, travail "avalué" par le capitaine, par Philippot de Caumont, Thomas Le Conte et autres (27 août)

i) Thomas Le Conte : 70 s.t. pour 25 journées en août et 2 en septembre [...] travail estimé à 2 s. 6 d. par jour par le capitaine, Philippe de "Calmont" et Jeh. Le Bouchier (5 septembre)

k) Garnier (ou Grenier) Nicolas et Guieffroy Lelong : 10 francs d'or [...] présents Philippe de Caumont, Jehan Le Fournier, Jehan Quarrel l'aîné, Pierre Aubert, Thomas Le Conte et autres (12 septembre)

(BNF, ms. franç. 26008, n°530, 537, 548, 555, 558, 564 et 597)


n°835, 1374 [janvier]

Rôle des baux des impositions de 12 d. pour livre de la ville et vicomté de Bayeux pour le 1er trimestre de l'année, établi par Guy Chrestien, élu en la vicomté, en la présence du vicomte, de Philippe de Caumont, conseiller du roi, de Jehan Vauchis, receveur des aides, des sergents et de Michiel de Coutun, "clerc de la penne [plume] devant lequel les lettres de roy et d'église furent passées" le 1er jour de janvier.

Comporte 27 rubriques pour la ville de Bayeux et 29 pour la vicomté, avec l'indication des enchères et des preneurs.

(BNF, ms. franç. 26011, n°1470 (complet mais un peu mutilé côté gauche)


n°918, 1375, 19 juin-15 juillet (Bayeux)

Lettres de reconnaissance pour prêts accordés pour le videment des Anglais de Saint-Sauveur-le-Vicomte délivrées aux personnes qui suivent Jehan Vauchis l'aîné, receveur des 3000 francs que doit fournir la ville et vicomté de Bayeux sur les 20 000 francs accordés par les états de Basse-Normandie

h) Philippe de Caumont, de la paroisse Saint-Martin-de-la-Porte (de Bayeux) pour 50 francs (24 juin)

(BNF, ms. franç. 26012, n°1635, 1636, 1637, 1639 à 1645, 1647, 1648, 1650, 1652, 1659, 1660)

Note : parmi les 16 sommes données, la plus grosse vaut 80 francs, la deuxième 60 francs)


n°939, 1375, 14 octobre-17 novembre, et 1376, 15 février (Rouen)

Quittances délivrées à Gieffrey de Montfiquet, receveur des deniers ordonnés pour le remboursement des emprunts faits pour le videment de Saint-Sauveur-le-Vicomte [en la vicomté de Bayeux] par diverses personnes qui y avaient participé selon les lettres données par Jehan Vauchis

b) Philippe de Caumont : 50 francs (14 octobre)


DOCUMENTS MANUSCRITS DE LA BIBLIOTHEQUE NATIONALE CONCERNANT SAINT-LÔ

RéférenceDocuments manuscrits de la Bibliothèque nationale de France concernant Saint-Lô, spécialement au XVe siècle ; Michel Nortier ; Revue de la Manche, t. 48, fasc. 194, octobre 2006, p.22 (idem Revue de la Manche, t. 52, fasc. 207, 1er trimestre 2010)

Rôles de Fouage et d'aide. Population

1476
Fouage pour la dixaine Colin Quesnel : 56 feux, dont 3 veuves - Exempts : 2 nobles (Richard de Caumont et Olivier Coquet)... (Bibl. nat., Collection Chappée, carton LXX, n°69 (tab. de Saint-Lô)

Fouage pour la dixaine Jehan le Ham : 52 feux, dont 1 "basse" (servante), 6 veuves et 2 valets - Exempts : 3 écuyers (Besnart le Marinel, Jehan Favry et Jehan Rogier) ; 5 monnayers (Jaquet de Caumont, maître Mathieu Boutebosc, Jehan Paynel, Colin Guiffart et Henry du Hamel)... (Bibl. nat., ms. nouv. acq. lat. 2487, n°26)

1485

Fouage, dixaine non indiquée. "Au dos, entre les exemps, sont Girart Varoc, Thomas Coquet et la déguerpie Jeh. de Caumont, tous nobles" (Collection dom Lenoir, vol. 15, pp. 378, n° 37222)

Autre rôle mentionné. "Au dos, entre les exemps, sont Jacques de Caumont et sa fille, qui disent estre de la monnoie, Ric. le Pigny qui dit estre noble, etc." (Collection dom Lenoir, vol. 15, pp. 377-378, n° 37220)


Noms des ouvriers et monnayers des monnaies de Rouen et de Saint-Lô en 1525

Etat figurant dans un manuel du XVIe siècle à l'usage d'un officier de la monnaie de Rouen, Bibl. nat., ms. franç. 23928, fol. 36 v°-37 v°

"Item ensuivent les noms des ouvriers et monnoiés des monn(oies) de Rouen et de Saint-Lo qui, par les ordonnances du roy et par ses lettres cy-dessus incorporés donnés le XXIIe jour de janvier mil cinq cens vingt et cinq, sont enregistrés en la chambre des monnoyes à Paris avec ceulx des autres monnoyes dignes de jouyr, et non autres, des previlleges, franchises et libertés donnés et octroiés par le roy nostre sire... aux ouvriers et monnoyers tant du serment de France que du serment de l'Empire.

Monnoyers du serment de France en la monnoye de Saint-Lo :

Jehan de Caumont"


NOTICE SUR l'EGLISE NOTRE-DAME DE SAINT-LO

Référence : Notice sur l'église Notre-Dame de Saint-Lô (lu dans la séance du 1er février 1843) ; Dubosc ; Notices, Mémoires et Documents publiés par la société d'Agriculture, d'Archéologie et d'Histoire Naturelle du Département de la Manche, t.1, 1851

p. 24 : le portail et la tour du Midi datent de l'année 1464, ainsi qu'il résulte d'une inscription gravée sur une pierre calcaire, enclavée extérieurement dans la muraille de l'église, et laquelle est ainsi conçue :

     A LA LOVENGE ET HONNEVR DE DIEV DE NOSTRE DAME
    ET DE SAINT JEHAN LE VIRGE CE PORTAL ET LA TOVR
    FVRENT ENCOMMENCES A EDIFFIER DES DENIERS DES PAR-
    ROISSIENS ET BIENFACTEVRS DE CESTE EGLISE AV MOYS DE
    MARS LAN MIL IIIIcc. LX. PAR JEHAN DE CAVMONT, JEHAN
    FARRY ET RICHART LE ROSSIGNOL LORS TRESORIERS DICELLE;
    DIEV LEVR FACE PARDON. AMEN. PATER NOSTER.


p.30 : Le vitrail de la chapelle Saint-Jacques a en quelque sorte disparu. Une partie avait été donnée par maître Jean Lebas, monnoyer de la ville, comme l'indique l'inscription suivante :

    MAITRE JEHAN LE BAS MONNOYER DE CESTE VILLE
    DE DAMOISELLE MARGVERITE DE CAVMONT SORTI
    A LHOVNEUR DE DIEV A DONNE CESTE VITRE ICY.


Le CHATEAU de SAINT-LO

Référence : Le Château de Saint-Lo (Manche) et ses capitaines-gouverneurs, Hippolyte Sauvage, 1900


Aveu rendu au roi Henri II, le 25 septembre 1549, de la Baronnie de Saint-Lo, par Payen d'Esquetot, évêque de Coutances (Archives Nationales, Chambre des Comptes, Normandie, Cotentin, anciens aveux priginaux p.292, n°CLX et 439) :

De nous sont tenuz plusieurs francz fiefs, membres de fiefz, arrieres fiefz, vavassories et tenements franchement à court et usage, etc. C'est assavoir [...] (Suit la nomenclature de divers devoirs rendus par les seigneurs ci-après nommés pour leurs fiefs) :
Jehan de Caumont, pour le fief de Gourfalleur


CHARTRIER LE MONNIER de GOUVILLE

Référence : Inventaire du chartrier Le Monnier de Gouville, Fonds Le Monnier de Gouville, Yver, Dagobert, Heurtevent-Prémer (régions de St-Lô et Valognes), 1290 (copie)-1915 ; Rémy Villand ; Publications multigraphiées, fascicule 77, Société d'archéologie de la Manche ; 1990 
Provenance : Archives Départementales de la Manche


François Le Monnier, inhumé dans l'église de Baudre, le 7 janvier 1656, marié avec Jeanne Le Bas, dont (note 1 : leur descendance est connue par des notes généalogiques conservées à l'art. 208J1) : [...]

b) Jacques Le Monnier, mort avant 1680, avocat, marié avec Jacqueline de Caumont, dont six enfants baptisés à Baudre :

aa) Honorable homme François Le Monnier, sieur de la Macherie, marié à Baudre, le 10 février 1680, avec Madeleine Le Chevalier, fille de feu honorable homme Jean Le Chevalier, marchand droguiste, bourgeois de St-Lô, et d'h.f. Jeanne Le Fouer ; en présence de Jacques Le Monnier, prêtre, curé de St-Lô d'Ourville (note 2), de Charles de Caumont, écuyer, d'honorable homme Romphaire Le Monnier, sieur de la Chesnée, et autres parents et amis. Madeleine Le Chevalier a été inhumée dans la nef de l'église de Baudre, le 24 mai 1710 (postérité).

bb) Jacques Le Monnier, baptisé le 29 décembre 1644, nommé par Jacques du Bichot, écuyer, sieur de Cantepie, et Marie Le Monnier, femme de Jacques Cauvin

cc) Jean-Baptiste Le Monnier, baptisé le 5 janvier 1647, nommé par Charles et Marie dits de Caumont, écuyer

dd) Pierre Le Monnier, baptisé le 5 janvier 1647 [frère jumeau de Jean-Baptiste], nommé par Pierre Le Monnier et Jeanne Le Bas

ee) Marie Le Monnier, baptisée le 14 février 1651, nommée par Philippe Hervieu et Marie Le Monnier

ff) Marie Le Monnier, baptisée le 21 mai 1652, nommée par Jacques Le Bas et Marie Dufour

note 2 : Jacques Le Monnier, curé de St-Lô-d'Ourville en 1680, est le même personnage que Jacques Le Monnier, curé de Rauville-la-Place de 1681 à 1716, et bâtisseur du clocher de l'église de cette paroisse (Jacques Le Monnier, curé de Rauville, a été le parrain de Jacques Le Monnier, fils de François et de Madeleine Le Chevalier, baptisé à Baudre, le 4 avril 1686). Jacques Le Monnier avait succédé à la cure de Rauville-la-Place, à Gervais de Caumont, bâtisseur de la sacristie, curé de 1658 à 1680, qui lui-même avait succédé à son oncle, Jean-Baptiste de Caumont, curé de 1638 à 1658. C'est probablement ce dernier qui fit bâtir, ou du moins restaura, le presbytère de Rauville où ses armes se lisent ainsi au dessus de la porte intérieure de la salle : "écartelé d'argent ; chargé aux 1er et 4e quartiers de trois merlettes de sable ; aux 2e et 3e d'une quintefeuille de gueules" (Rauville-la-Place, Soc. d'archéol. de la Manche, Public. multigr., fasc. 36, 1979, p.2, 3, 30).


DONS FAITS PAR HENRI V ROI d'ANGLETERRE (1418-1420)

Référence : Extrait du registre des dons, confiscations, maintenues ... faits dans le duché de Normandie (1418-1420) par Henri V, roi d'Angleterre ; Charles Vautier ; Paris, 1828
Provenance
: Google books

p.24 Pophain. Darou. Caumont. - Ledit jour [10 mai 1418], délai à Messire Jean Pophain, chevalier, bailly de Caen, jusques à la Saint-Jean, de la terre de Thorigny, de Planquery du Manoir, à messire Raoul Darou à Caen, l'hostel Robert de Caumont à Bayeux, à lui donnés ar le roy, dont il a fait hommage, délai du 20 octobre 1419, jusques à Pâques suivant.

p.41 Caumont. - Ledit jour [27 février 1419], respit d'un mois à Denis de Caumont, escuyer, de Bayeux, de ses terres et congés d'en jouir en cas qu'elles ne lui soient pas données.

p.46 Mondreville. Caumont. - Idem [11 mars 1419], pour damoiselle Louise de Mondreville, veuve de Jean de Caumont, escuyer, et mandé au viconte de Caen et Bayeux laisser jouir. Hommage fait le 24 février précédent.
p.46 Mondreville. Caumont. - Idem [11 mars 1419], pour Thomas de Mondreville, escuyer, et damoiselle Alexandre de Caumont sa femme, et mandé au bailly de Caen et viconte de Bayeux laisser jouir.

p.126 Caumont. Calothy. - Le 13 dudit [octobre 1419], expédition du don fait à Jeanne de Caumont, veuve de feu Jean Calothy, de son douaire, mandé au bailly de Caen et vicomte de Bayeux, maisser jouir.


HISTOIRE NUMISMATIQUE de HENRI V et HENRI VI

Référence: Histoire numismatique de Henri V et Henri VI, rois d'Angleterre pendant qu'ils ont régné en France ; Saulcy, Félicien de (1807-1880) ; C. L. Van Peteghem (Paris) ; 1878
Provenance : Gallica

p.39 "En la même année [1425], Jehan de Caumont est nommé pour un an à la maîtrise de la monnaie de St-Lô, par Jehan le Goupil, général maître. Sorbonne, H, 1, 9, n°39 v°"

p.62 "En 1431, à Saint-Lô, Jehan de Caumont est nommé pour un an par sire Jehan le Goupil. Sa nomination est du 6 avril 1430 (à l'usage du diocèse de Coutances). Sorb., H, 1,9, n° 174, 38 v°. Idem, a Rouen, Thevenin Marcel, nommé pour un an par sire Jehan le Goupil. Ibidem, 11 r°. "

p.63 "En 1432, à Rouen, Thevenin Marcel est nommé pour un an par sire Jehan le Goupil. Sorb., H, 1,9, n°174, 11 r°. Idem, à Saint-Lô, Jehan de Caumont, nommé pour un an par sire Jehan le Goupil. Ibidem, 38 v°."


DOCUMENTS RELATIFS à l'HISTOIRE des MONNAIES FRAPPEES par les ROIS de FRANCE

Référence: Recueil de documents relatifs à l'histoire des monnaies frappées par les rois de France, depuis Philippe II jusqu'à François Ier. II. [1380-1453.] ; Caen, impr. de H. Delesques, 1888 ; Saulcy, Félicien de (1807-1880) ; 1879-1892
Provenance : Gallica

p.129 "1404 (11 MARS). Ce jour, Jehan Le Goupil bailla son denier à Dieu et promist faire le marc d'or en la monn[ai]e de St-Lô pour 11 s. ts. le marc du blanc pour 4 s. t. et le marc d'euvre du noir pour 2 s. t., en achat et par enchère, à commencer le 3e jour d'avril, que le temps de cellui qui la tient sera failli et aussi sera tenu ouvrer en lad. monne, dedens 3 ans, 900 marcs d'or et 500 marcs d'argent. (A. N. Reg. Z, lb, 2, fol. 70 r°.) ; 1404 (12 MARS). Jehan Le Goupil, naguères me pcr de la monn[ai]e de St-Lô paie l'amende pour une boîte d'or escharse où il y avait 7 deniers d'or. (Ibidem.)

p. 364 "1426. Saint-Lô. Jean Marcel et Jean de Caumont, pour un an, par me Robert Gaultier. (Sorb. H. 1, 9, n° 174, fol. 38 v°.)

p.369 "1426 (21 NOVEMBRE). Ce jour, Jehan de Caumont fist et constitua ses procureurs Jehan Marcel de Rouen, etc., auxquels il donna pouvoir d'estre et comparoir pour lui en toutes ses causes et rendre et officier ses comptes. (A. N. Reg. Z, 1b, 3, fol. 76 r°)

p.373 "1427. Saint-Lô. Jean de Caumont, bourg. de St-Lo, pour un an, par Colin Verrot et Guille Boutebost, gardes. Guieclin de Caumont, Jean Ferri, son pleige, et ses familiers et serviteurs domestiques, pour faire fait de change es mettes de lad[it]e mon[nnai]e". (Sorb. II. 1, 9, n° 174, fol. 38 v.)



BARREAU DE CAEN

Référence : ÉTUDE HISTORIQUE SUR LE BARREAU DE CAEN, Pierre Carel, Caen, 1889


 p. 95, Gilles de CAUMONT , écuyer , licencié aux droits, avocat postulant au siège présidial de Caen en 1556. Il était, en 1564, avocat de l'Université (de Bras, p. 250). Il épousa Jeanne de Mainbeville et portait : écartelé au 1 et au 4 d'argent à 3 merlettes de sable ; au 2 et au 3 à une quintefeuille de gueules.
« Toute sa vie, il s'appliqua à l'étude du droit romain et à la pratique du barreau. Il se prescrivit à lui-même cette règle de conduite, de quitter tour à tour la vie active pour l'étude, et celle-ci pour la vie active, comme on passe alternativement d'une forêt agréable à un champ fertile... Il observa toute sa vie (et il vécut jusqu'à 90 ans) cette règle de conduite , car il passa au barreau plus de soixante ans comme avocat. Sur les instances de l'Université de Caen, il défendit les droits de ce corps quand cela fut nécessaire ; et s'il conserva ses facultés jusqu'à la mort , ce fut parce qu'il n'abandonna jamais le travail. L'éloquence fran« çaise, aujourd'hui si en honneur dans le barreau, la littérature latine, si en vogue dans les écoles, le laissèrent indifférent... Il se contentait d'un langage simple et sans art... Sa voix était grave et mesurée; son maintien, son visage et sa démarche rappelaient la coutume antique. » ( Dr de Cahaignes, Éloge 30).




ARCHIVES DE L'HOPITAL DE BAYEUX

Référence : Inventaire sommaire des Archives Départementales antérieures à 1790, Calvados, Archives ecclésiastiques, série H supplément, tome premier, hopitaux de Lisieux et Bayeux ; rédigé par A. Benet et J. Renard ; Caen, 1891


H. Suppl. 622. — B. 62. (Liasse) :
Crouay, Echange devant Guillaume Desmaires, clerc, tabellion à Bayeux entre Jean de Caumont, écuyer, seigneur d'Onfferville, et les religieux de l'Hotel-Dieu, de pièces de terre (1416).




FONDS LE DUC

Référence : Inventaire sommaire des Archives Départementales antérieures à 1790, Calvados, Archives Civiles, Série F tome premier, fonds de Petivile, de Beaumont, Le Duc et Le Hardy ; rédigé par A. Benet ; Caen, 1897

Fonds Le Duc, F. 1109 (Liasse) :
Copie de pièces concernant Guillaume Capelle, collationnée par le sénéchal de la sieurie de Graigne appartenant à l'abbaye de la Trinité de Caen, qu'il a dit lui être besoin produire aux Requêtes de l'Hôtel suivant l'arrêt intervenu entre Hervé de Thiéville, lesd. abbesse et religieuses, Charles Dubois, seigneur et châtelain de Pirou et Lespiney, Guillaume de Caumont, etc. (1635).



REGISTRES PROTESTANTS

Référence : Inventaire sommaire des Archives Départementales antérieures à 1790, Calvados, Série C ; rédigé par A. Benet ; Caen

C. 1566 (Registre). Protestants. - Etat civil. - Ville de Caen - Baptêmes. — Enregistrement des baptêmes administrés, tant en l'église réformée qu'aux prêches faits au quartier de Saint-Jean, aux Grandes-Écoles et au tripot à blé de la dite ville, par MM. Robert Questel, Pierre Pinchon, Silvestre, Vincent Lebas dit Duval, Etienne Lair, ministres, Housteville, ministre à Ranville, et Duperron,
ministre à Vire :
- Le lundi 12 mars 1564, le fils de Jacques de Caumont, procureur pour le Roi en la Cour des Elus, et de Claude Le Sueur, sa femme, du quartier de Saint-Pierre, nommé Jacques par Robert Aubert, l'un des élus de la ville.

C. 1567 (Registre) - Protestants. — Etat civil. — Ville de Caen. — Baptêmes. — Enregistrement des baptêmes administrés,tant en l'église réformée qu'aux prêches faits au quartier de Saint-Jean et au tripot à blé, par MM. Le Chevalier, Duval et Pinson, ministres :
- Le vendredi 29 août 1567, du fils de Nicolas de Caumont et de Jeanne, sa femme, du quartier de
Saint-Pierre de Caen, et nommé Abel par Abel Benouville
.


MEMORIAUX DE LA CHAMBRE DES COMPTES DE NORMANDIE

Référence : Mémoriaux de la Chambre des comptes de Normandie (XIVe-XVIIe siècles), Bertrand Pâris ; tome V  ; 2012

9 février 1470/1, vol. 11 p.29-32 Information de Jean Bernard, lieutenant général du vicomte de Caen sur l'âge de Roger Lechevalier fils mineur de + Pierre Lechevalier l'aîné et + Jeanne de Caumont.
Biens :
- le plein fief au Mareschal à Venotes, tenu du roi ;
- un demi fief tenu du précédent ;
- un manoir en paroisse St. Pierre de Caen jouxtant Enguerrand Le Chevalier ;
- un membre de fief à Evrecy ;
- 1/8e de fief à Aquerny tenu de M. de Creully ;
- quelques héritages roturiers ;
- de nombreuses rentes ;
Charges :
- 30 livres de rente à Jean Le Chevalier oncle des mineurs pour droit de partage ;
- 30 s. t. aumônées par Thomine Le Chevalier soeur du défunt à l'église N.D. de Froide rue à Caen ;
- 20 livres de rente pour don de mariage à Pierre La Dangie et sa femme, fille du défunt ;
- 12 livres à Robert Saales bourgeois de Caen "pour certain appoinctement touchant le mariage de la deffuncte femme dud. Saales" ;
- 50 livres de rente pour le vivre dud. Roger et de ses deux soeurs de 11 en 9 ans.



12 février 1505/6, volume 11, p.117 n°20.210 Information (Saint-Lô) de Nicolas Le Maistre vicomte de Coutances à la requête de Richard Basire esc. cousin issu de germain de Jean Le Jolivet fils mineur de + Jean et + Gilette Le Chevalier. Témoins : Jean de Caumont sgr de Goursalour, 45 ans ; Guillaume Clérel esc. 55 ans, Richard la Dangie esc. sgr du Périer, 50 ans et d'autres. Initialement adjugée par 100 s. t. en août 1503 à Gilette Le Chevalier (+ déc 1505), elle est transférée à Richard Basire par lettre du 14.04.1505




dernière modification : 6 octobre 2013

retour à la famille Caumont