NOTES d'Alfred BENOIST : le 15 juin 1944

 

On note à Secqueville une arrivée de renforts allemands venant de Bretagne (infanterie). Ils commencent à creuser les premières défenses allant de Caumont à la route d'Isigny (nids de mitrailleuses, trous individuels). Ces soldats allemands sont très nombreux et armés d'une grande quantité de fusils mitrailleurs. La ferme de Secqueville est protégée par quatre mitrailleurs. La ligne allemande passe approximativement par La Meauffe, la Guilberderie, la ferme du Bourg, Caumont, Launay, la Ponterie et la route d'Isigny. Une avance américaine a en effet livré aux Américains les deux jours précédents toute la partie de la commune au Nord de la ligne indiquée ci-dessus.

A partir de ce jour les escarmouches sont continuelles le long de cette ligne. A la Butte Guelle des pièces allemandes mises en batterie au hameau Jourdan tirent pour la première fois ce 15 juin : à 350 mètres de la ferme des Monts passent les patrouilles américaines à pied ou en jeeps, ces dernières empruntant des itinéraires en terrain varié que nous pensions inaccessibles à tout véhicule. A partir de ce moment, nous nous terrons, le jour les balles sifflent sans arrêt, des grêles d'obus pleuvent autour de nous, la nuit c'est un bruit incessant de mitraillettes, de fusils automatiques et de carabines. Chaque matin nous nous attendons à voir les Américains occupant les cours. Chaque jour c'est une désillusion nouvelle. Des jeunes gens impatients vont à la Butte Guelle voir les Américains passant d'un secteur dans l'autre. Le fermier de la Butte Guelle [Monsieur VILLAIN] passe lui-même et apporte du ravitaillement nous parlant des Américains qu'il voit uniquement désormais. Deux hommes de notre groupe passent chez lui, emportant de la farine pour faire du pain à son four, ne rencontrant aucun allemand le long des chemins creux.

 


dernière modification : 3 novembre 2001

retour au Sommaire Villiers Fossard

suite