NOTES d'Alfred BENOIST : du 20 au 25 juin 1944

LE 20 JUIN

Vers ce 20 juin au Sud de la commune lieu dit Champ Pécot les Allemands préparent une nouvelle ligne de défense formée d'une tranchée d'une trentaine de mètres environ dominant la vallée derrière le Suppey.

Cette ligne est fortifiée par des pièces d'artillerie et un auto-canon. Cette ligne causera par la suite de terribles pertes chez les Américains. Ce secteur en forme de pointe, allant du Bourg (écoles) au Suppey, à l'hôtel Bonnet d'un côté, limité de l'autre par la route de Villiers-Fossard à Saint-Lô, passant par la Régence et l'hôtel Neveu et allant jusqu'au carrefour des vieilles écoles au Mesnil-Rouxelin, sera un des plus dur du front et des plus meurtriers pour les Américains. Ce secteur tombé, la route sera libre jusqu'à Saint-Lô par l'Eglise Saint-Georges.

Ce 20 juin à 5 heures du matin nouveau coup de main contre Secqueville (trois chars et infanterie) l'action dure la matinée et une contre-attaque allemande avec armes antichars, grenades incendiaires repousse les Américains, deux chars incendiés restent sur le terrain. Les Américains se replient.

LE 22 JUIN

Depuis le 18 juin, les Américains se battent à l'Est de la commune, dans le bois de Mesnilville ou de Bretel. Ce 22 juin [il semblerait que ce soit le 21 juin (d'après Maurice LANTIER dans 44 jours en 1944 pour libérer Saint-Lô)] il semble que maîtres d'une partie de ce bois et du Repas, ils ont traversé la route d'Isigny et attaqué le flanc Est de la commune en direction d'une ligne allant du Pont Gaillard à l'hôtel Bonnet. Mais le Bourg, le Suppey, la ferme des Monts et tout le Sud-Ouest de la commune sont aux mains des Allemands. A ce moment ils sont (les Allemands), terrés dans les chemins creux de la Tannerie, du Suppey, de l'hôtel Durand, de la Nicollerie, de la rue des Pierrots. [...] La direction générale des positions américaines depuis le début de l'offensive semble aller du Nord-Est au Sud-Ouest.

Ce jour-là, 22 juin, au Moulin des jeunes gens fouillés par les allemands sont trouvés porteurs de billets américains et de cigarettes, ils font alors évacuer toute la population réfugiée en ce lieu et la chasse vers Saint-Lô. Ces jeunes gens particulièrement menacés réussissent à échapper aux Allemands et gagnent, pour ne plus revenir, les arrières américains à Saint-Clair.

LE 23 JUIN

Vers le 23 le hameau Jourdan est détruit par bombardement et par incendie.

LE 24 JUIN

Bombardement ininterrompu sur le secteur : Abbaye, hameau Baudet, les Monts, le Bourg.


LE 25 JUIN

Reprise des bombardements, en particulier sur les Monts qui sont sérieusement touchés. Tous les réfugiés partent à la Butte Guelle. Les jours suivants rien de particulier à signaler sinon le continuel survol par des planeurs (dont le terrain d'atterrissage est à Moon-sur-Elle) par les bombardiers et les bombardements ininterrompus des deux artilleries.

 


dernière modification : 3 novembre 2001

retour au Sommaire Villiers Fossard

suite