NOTES d'Alfred BENOIST : à partir du 2 juillet 1944

DU 2 AU 7 JUILLET

Le 2 juillet à 11 heures du soir, les Allemands, alors que la bataille se poursuit, expulsent la famille PARIS (Champ Pécot). Après leur départ des avions américains repérant enfin le char allemand qui consolide cette ligne de résistance, l'attaquent et le détruisent. Les Américains s'emparent de ce dernier point peu de temps après. Les Allemands occupent encore le chemin dit de la Croix Paillée qui relie le Champ Pécot et l'hôtel Neveu au Mesnil-Rouxelin.

A PARTIR DU 8 JUILLET

Enfin le 8 juillet la famille PEZERIL qui est toujours à l'hôtel Neveu est expulsée à son tour par les Allemands qui occupent encore ce coin et aussi la Régence. A cette époque, trois canons amenés par les Allemands dès le 7 juin par des troupes venues de la région de Caen sont toujours sur la propriété mais n'ont jamais tiré. Le 1er juillet un blessé américain avait été amené par les Allemands à cette ferme. Ce coin fut également violemment bombardé puisque 3000 trous d'obus sont comptés sur une surface de 26 hectares.

A partir de cette date 8 juillet, les renseignements manquent complètement, aucun civil n'étant resté. On suppose que les Américains faisant un nouveau bond, délivrèrent toute la partie de la commune encore aux mains des Allemands et l'action se porta sur Saint-Lô. Le 13 juillet la ferme de la Butte Guelle atteinte par des obus allemands, le fermier et la fermière tués [Monsieur et Madame VILLAIN], nous avons quitté Villiers pour Sainte-Marguerite-d'Elle. Villiers-Fossard complètement occupé par les Américains, l'artillerie s'installe sur le territoire de la commune vers le 10 juillet avec une nombreuse D.C.A. Des chars, des tanks arrivent. Des pièces de 155, de 110 sont mises en action sur tout le territoire de la commune. Un terrain d'atterrissage pour planeurs est aménagé sur la propriété de la Ponterie. Cette artillerie repart fin juillet et va prendre position à Saint-Samson-de-Bonfossé. A partir de fin juillet plus de troupes en stationnement mais la commune devient un vaste dépôt de munitions.


dernière modification : 3 novembre 2001

retour au Sommaire Villiers Fossard

suite