NOTES d'Alfred BENOIST : les conséquences

 

Presque toute la population a été évacuée, une partie, celle du Nord-Est a pu gagner la zone américaine et a été dirigée en grande partie sur Sainte-Marguerite-d'Elle et Saint-Clair, le reste beaucoup plus défavorisé a fui vers le Sud. Beaucoup sont allés dans la Mayenne, certains sont allés jusqu'à Angoulême. Quelques uns ont pu emmener leurs troupeaux.

Dix-huit victimes sont tombées à Villiers-Fossard. La commune est sinistrée à 80%. Seules trois ou quatre fermes situées en bordure de la commune de Saint-Clair ont vu leurs bâtiments à peu près épargnés (huit fermes ou maisons entièrement brûlées). Environ la moitié des chevaux, un tiers des bovins ont été tués. Les champs sont dévastés par le passage des chars, des camions, par les installations de pièces d'artillerie, par les trous d'obus ou de bombes, une récolte perdue et un réensemencement impossible, les arbres sont déchiquetés ou criblés d'éclats. Les premiers habitants ont été autorisés à revenir fin juillet et un bureau des "affaires civiles" a fonctionné à partir du 25 juillet environ, s'installant dans le vieux presbytère sinistré.

Le déminage commença au printemps 1945 et se continua toute l'année 45 et le début de 1946, une équipe d'Allemands sous la direction d'un chef démineur entreprit ce travail. La région minée était celle du Sud-Ouest de la commune allant de la route de La Meauffe à l'hôtel Bonnet passant par le hameau Choisy, la Raulerie, l'hôtel au Heup, la Nicollerie, l'hôtel Neveu, le Champ Pécot, la Régence et l'hôtel Bonnet. Ce premier déminage débarrassa le territoire de plus de 7000 mines. A ce moment, fin 1945, on découvrit à la Raulerie de nombreux corps de soldats allemands enterrés dans une tranchée. En mars 1945 on avait retiré des abris allemands du chemin de la Croix Paillée de nombreux corps de soldats allemands blessés qui s'étaient réfugiés dans ces abris.

Un deuxième déminage eut lieu en septembre 1945 et encore environ 3000 mines furent enlevées.

Des baraques, peu à peu remplacent les bâtiments détruits et toute la population est maintenant revenue.


dernière modification : 13 juillet 2002

retour au Sommaire Villiers Fossard

suite