INFORMATIONS MUNICIPALES 1994

1994 : SE SOUVENIR

 

Villiers-Fossard, comme la plupart des communes de la région a payé un lourd tribut durant cette période de guerre. Les douleurs endurées par cette génération sont encore vives : décès de proches, blessures, perte de cheptel, destruction et pillage des habitations ... Pour permettre aux jeunes de comprendre, il est important de se souvenir.

Pour la commémoration officielle de cet anniversaire, nous avons participé au financement et à l'inauguration, le 8 Juin, de la stèle érigée au carrefour St Clair, à la mémoire de la 29ème D.I. US qui a libéré Villiers-Fossard et plusieurs communes de la région.

D'autre part, le Conseil Municipal a décidé d'organiser une journée du souvenir le 28 Août 1994. Plusieurs personnes qui ont vécu cette période et les responsables des associations de la commune ont été invitées pour l'organisation de cette journée. Vous trouverez sur la feuille annexe le programme.

Les lignes qui suivent sont extraites des notes de Mr BENOIST, instituteur. Nous espérons obtenir l'autorisation de rééditer l'ensemble de ces notes (7 à 8 pages) afin d'en faire profiter ceux qui s'intéressent à l'histoire de la commune.

" Le 29 JUIN :

C'est la journée décisive pour Villiers-Fossard. De nombreux chars se sont concentrés sur Saint-Clair le 28 Juin. Le 29 au matin à l'aube une préparation intense d'artilllerie et une activité accrue de l'aviation américaine annoncent une attaque très proche. Une colonne de chars passant par le village de la ferme Saint-Clair venant de la Houssaye, une seconde venant par la route d'Isigny font leur jonction vers la Ponterie, montent l'avenue de hêtres et ouvrent le feu au sud de la Ponterie (il y a environ 40 chars). Ces chars sont suivis de troupes spéciales les suivant au pas de course. L'attaque se développe en direction de Secqueville, de l'Abbaye et du Bourg. A l'ouest du Bourg, au hameau Durand au cours du bombardement l'officier commandant la compagnie qui tient ce secteur est tué et emporté sur une porte. Nombreux tués et blessés allemands. Le reste environ 80 hommes, emmené par un adjudant gagne la Régence et prend la direction de Saint Lô (une dizaine de morts sont enterrés à la Régence au bord de la route, les autres restent sur le terrain). Les blessés sont transportés au Suppey où se trouve un poste de secours. Les Américains arrivent immédiatement après le départ des Allemands et occupent le bourg vers 9 heures du matin. D'autres troupes américaines occupent le terrain situé entre le Bourg et le moulin. Mais ces dernières troupes doivent se retirer laissant un officier tué qui est enterré près du lavoir en face de l'étang du moulin. D'autre part, une contre-attaque allemande venant de la Régence oblige les Américains àse replier et le Bourg est occupé par les Allemands à 4 h du soir. Dans la soirée nouvelle action des chars américains et cette fois-ci les Allemands partent définitivement. Perte des Américains : 4 chars brûlés à l'Abbaye, 2 brûlés sur la place du Bourg, une automitrailleuse a sauté sur 2 mines posées près de l'église. Nombreuses pertes en hommes. Des prisonniers allemands sont amenés à la Ponterie et à Launay, ils sont ensuite parqués à la Chitellière. Un poste de secours américain est campé dans la carrière Pépin (Haut-Cantel). Les postes d'infirmerie qui étaient arrivés en même temps que les chars et qui s'étaient installés dans la cour de Ponterie à l'abri d'un mur repartent le soir à Saint-Clair. Cette action du 29 Juin avec prise du Bourg a porté les Américains jusqu'au Suppey et les terrains immédiatement au sud, les Américains se trouvent sur le versant nord de la vallée ayant en face d'eux sur l'autre versant les Allemands repliés sur la ligne fortifiée construite au champ Pécot vers le 20 Juin. Les Allemands occupent encore l'hôtel Neveu et l'hôtel Bonnet en plus du Champ Pécot. Il va être dur de les déloger de ces positions car tout le terrain que les Américains ont devant eux est terriblement miné."

Puissent ces commérations, ce souvenir faire comprendre toute la gravité du nazisme et du fascisme, mais aussi le prix de la liberté.

 

Votre maire.

 


dernière modification : 3 novembre 2001


retour aux Bulletins d'Informations Municipales